Besoin d'aide, d'un conseil ? Contactez-nous au : 09 67 02 87 18 (appel non surtaxé)

Mon panier

recherche


Spots

Quels sont les différents types d'angles de spots ? Qu'est-ce qu'un faisceau lumineux ?

Il n'est pas toujours simple de connaître à l'avance le type d'éclairage et le niveau d 'éclairement que va produire un spot encastré. Il convient pour cela de savoir ce qu'est un faisceau lumineux, quelles sont ses caractéristiques et comment il se comporte.

 

Quels sont les différents types d'angles de spots - Qu'est-ce qu'un faisceau lumineux
 

Introduction, définitions

Pour les non professionnels, la notion de faisceau lumineux s'avère souvent floue ou peu explicite. C'est pourtant une composante essentielle de l'éclairage.
Un faisceau lumineux correspond à l'ensemble des rayons de lumière émis par une source.
Quelques exemples : le faisceau d'une lampe torche, celui d'un phare de voiture ou bien tout simplement la lumière du soleil à travers une fenêtre.

Pour visualiser un faisceau lumineux, le plus simple est d'observer sa projection sur une surface plane (un écran) ; il se matérialise par un cercle de lumière d'intensité et de diamètre plus ou moins grands.  Entre cette projection et la source lumineuse (lampe torche, spot, ...) on ne distingue pas le faisceau de lumière. Des particules vont toutefois permettre de le mettre en évidence : fumée, poussières, vapeur d'eau.

Dans les applications qui nous intéressent, un faisceau lumineux se définit comme suit :

  • L'angle du faisceau : dépend des caractéristiques propres de la source lumineuse (l'ampoule), de son réflecteur. L'unité est le degré d'angle.
  • L'intensité lumineuse : c'est la quantité de lumière émise dans une direction donnée, mesurée au centre du faisceau à une distance d'un mètre, exprimée en candelas (cd).
  • L'éclairement lumineux : mesuré en Lux (lx). C'est la densité de flux lumineux reçu par une surface.

Exemple d'un cône d'éclairement d'ampoule LED à faisceau 36° :

Image Blog 1

Ici, il s'agit d'une ampoule dont l'angle du faisceau est de 36°, qui produit 700 candelas et 345 lumens.

Dans cet exemple, le diagramme nous apprend qu'à 2 mètres de distance de la source lumineuse, nous mesurons un niveau d'éclairement de 175 lux et que le halo du faisceau fait 1,20 mètre de diamètre.

Comment détermine t'on l'angle d'un faisceau lumineux ?

A l'intérieur d'un faisceau lumineux, la mesure d'éclairement n'est pas uniforme.  L'intensité lumineuse en périphérie du faisceau sera moindre qu'au centre. 
Pour déterminer où sont les limites extérieures du faisceau on utilise couramment la méthode dite de la « demi-intensité » : On considère l'angle à l'intérieur duquel les valeurs sont supérieures ou égales à 50% de l'intensité lumineuse maximale. Par exemple, pour une intensité maximale de 500 cd, les limites du faisceau sont atteintes quand on trouve une intensité de 250 cd.

Dans le cadre industriel, ces mesures sont bien sûr réalisées à l'aide d'installations et d'équipements techniques de haute précision, tel le goniophotomètre.

Faisceau lumineux et ampoules

On distingue deux grandes familles d'ampoules qui vont déterminer directement les applications auxquelles elles vont être associées

  1. Les ampoules non directionnelles

Ce sont les ampoules qui servent à l'éclairage général et qui éclairent dans toutes les directions : ampoule bulbe standard, sphérique, globe, flamme, tubulaire ...Une ampoule est considérée comme non directionnelle quand l'angle de son faisceau est supérieur à 120°.

  1. Les ampoules directionnelles

En dessous de 120° d'angle, nous entrons dans le monde des ampoules directionnelles, communément appelées ampoules spot.Il y a une grande diversité de modèles et formes , avec des faisceaux plus ou moins concentrés et différentes puissances et températures de couleur.

Afin de pouvoir choisir au mieux son type d'ampoule pour une application donnée, il faut comprendre la relation simple existant entre les différentes caractéristiques d'un faisceau lumineux :

Angle du faisceau plus étroit  =  éclairement lumineux plus fort (lux)  mais  flux lumineux plus faible (lumens). A l'inverse, si on ouvre l'angle du faisceau, on aura plus de lumens et moins de Lux.  

En d'autres termes, plus grand sera l'angle du faisceau, plus faible sera l'intensité lumineuse sur l'objet à éclairer.

Applications

Nous nous intéressons ici aux ampoules directionnelles, ou ampoules spot. Les préconisations qui suivent s'appliquent également au spots intégrés LED.

Les sources lumineuses directionnelles peuvent être classées en 4 catégories :

  • Angle < 30° :

C'est un faisceau avec un angle très fermé, qui créé un spot de lumière intense et très délimité sur un objet. Il est utilisé principalement dans des applications professionnelles : expositions, musées, magasins, ...

  • Angle entre 30° et 45° :

Il s'agit de la catégorie d'ampoules directionnelles la plus fréquente. Ici, on souhaite mettre en valeur un objet ou une zone particulière, mais sans pour autant laisser dans la pénombre les environs immédiats du sujet éclairé. Il s'agit de l'éclairage d'accentuation standard.  La très grande majorité des ampoules halogènes dichroïques sont d'ailleurs conçues ainsi.

  • Angle entre 45° et 60° :

Evolution de la deuxième catégorie. Permet, dans certains cas, de réaliser un compromis entre un faisceau trop directif et un faisceau large.

  • Angle supérieur à 60° :  

Faisceau large. Cette catégorie n'existait pas avec l'halogène. Elle est apparue avec la technologie fluo-compacte puis s'est surtout développé en LED. Une telle ampoule ne doit surtout pas être utilisée pour éclairer un objet en particulier, mais au contraire il s'agit d'un nouveau type d'éclairage général. Pour résumer en quelques mots : cette catégorie de spot encastré au plafond va éclairer le sol et les murs, mais pas le plafond lui-même.

Cas pratiques

Eclairage d'un dressing

Dans cet exemple, nous avons une zone de circulation centrale et sur les deux côtés des étagères et penderies du sol au plafond. Trois spots sont encastrés dans le plafond de la zone de circulation. Si ces spots ont un angle de faisceau de 40°, seuls le sol et le bas des penderies seront éclairés correctement. Il faut donc privilégier des appareils à faisceau large (entre 90° et 110°) qui vont générer dans la pièce un niveau d'éclairement uniforme du sol jusqu'en haut des penderies et étagères.

Cuisine

Il s'agit d'une pièce « technique » qui nécessite entre autres un très bon niveau d'éclairement principalement au niveau des plans de travail (cuisson, évier, plan de travail, ...). Nous allons donc privilégier un éclairage d'accentuation en positionnant des spots à faisceau de 35° à 40° au dessus de ces zones de travail, qui généreront un niveau d'éclairement d'au moins 300 à 400 lux. Ailleurs, dans les parties réservées à la circulation on pourra utilement placer des spots d'éclairage général, donc à faisceau large.

Séjour

Nous privilégions des spots à faisceau large (90 à 120°) sur l'ensemble de la pièce, créant ainsi un éclairage général uniforme, mais en mixant avec des spots d'accentuation en périphérie. Ces spots à faisceau étroit (30° à 40°) ne seront pas installés à plus d'un mètre de distance des murs et permettront ainsi de bien délimiter les contour du séjour et de mettre en valeur les sujets qui y sont installés.

Ces quelques cas ne sont bien sûr que des exemples destinés à comprendre la démarche à effectuer et les questions à se poser préalablement à l'implantation de spots encastrés. Ils ne peuvent pas servir de guide d'installation; il convient de prendre en compte l'ensemble des facteurs tels la surface des pièces, la hauteur de plafond, la disposition et le souhait des occupants sur les niveaux d'éclairement souhaités.

En apprendre plus sur les spots

Découvrir :
-> Comment ventiler des spots encastrés ?
-> Pourquoi certains spots scintillent ?



Votre article a été ajouté au panier.